Prestations

ArcheoGIS vous propose :

  • Le géoréférencement d’objets, de plans anciens et de photographies aériennes dans l’espace en leur attribuant des coordonnées géographiques. Cette étape permet d’obtenir une superposition de données cartographiques pour étudier, par exemple, l’évolution des paysages ou encore découvrir des infrastructures anciennes disparues.
[gickr.com]_fbe75acc-a366-b444-b521-89509f27c534

Géoréférencement d’un cadastre de 1833 sur une photographie satellite actuelle. Google Earth 2016.


  • La vectorisation d’objets (ligne, point ou aire) auxquels il sera possible de donner des attributs (Ex : nom, lieu, fonction, taille, superficie…) stockés dans une base de données. Ces objets peuvent être extraits de données cartographiques existantes ou créés à partir de relevés sur le terrain.

[gickr.com]_e0a5f3b8-e50d-7e14-4dd6-be821fdecca7

Extraction des voies (en jaune) d’un cadastre de 1833 pour en étudier l’emprise sur une photographie aérienne actuelle. Google Earth 2016.

La vectorisation permet une meilleure gestion du patrimoine bâti et des secteurs sauvegardés en mettant en lumière l’emprise des bâtiments concernés et les zones protégées qui leurs sont associées.

[gickr.com]_97b900be-42af-7684-711e-21c74ac25517

Vectorisation d’un monument et création d’une zone protégée de 200m. OpenStreetMap2016, GoogleEarth2016.


  • La création et l’intégration de bases de données existantes au système d’information géographique. La création d’une base de données géographiques s’effectue en fonction de vos attentes, en convenant ensemble des champs et des attributs dont vous avez besoin. Il est possible d’intégrer une base existante dans un SIG à partir d’un fichier de type tableur, ou encore de documents papiers comme d’anciens rapports de fouilles ou des fiches d’enregistrements de monuments historiques.

  • Le traitement d’images cartographiques infrarouges, MNT (Modèles numériques de terrain) et LiDAR (Light Data And Ranging). Avec une classification précise des altitudes en fonction des problématiques de recherches, ces données permettent de mettre en lumière une multitude d’informations sur la morphologie et le contexte géographique des lieux étudiés : altitude par rapport aux alentours, calcul des champs de vision, évaluation des risques d’inondations, exposition aux vents ou à l’ensoleillement… De plus, grâce à la précision des données LiDAR, les variations de relief de quelques centimètres de hauteur révèlent parfois des formes d’occupations humaines anciennes invisibles sur place.
mnt

MNT après traitement. MNT BDTOPO IGN.

 

lidar

LiDAR après traitement. LiDAR IGN 2010.


  • La manipulation et l’interrogation des données géographiques à partir d’outils et de requêtes spatiales permettent de répondre à un questionnement précis. Il s’agit d’une phase d’exploitation des données par des recoupements et des demandes spécifiques d’affichage.

  • La création de cartes selon une sémiologie graphique définie selon vos attentes pour vos rapports et vos publications.